• L'hypersensibilité chez les enfants

    J'ai entendu des phrases du genre "des surdoués ?! Super ils auront un super boulot plus tard !", ou "En ce moment c'est la mode de dire que les enfants sont haut-potentiel..." ou encore "des petits hp !" tout en les regardant en attendant quelque chose de fabuleux de leur part...

     

    Nos enfants sont en effet diagnostiqués haut-potentiel. C'est une chance pour eux, mais cela peut souvent être aussi une difficulté. Pourquoi les gens ne veulent pas voir et accepter cela ?

    Être haut-potentiel ne leur assure pas des notes incroyables à l'école, ni un boulot génial et très bien payé pour plus tard... Beaucoup d'enfants hp sont en échec scolaire d'ailleurs !

     

    Mais bon, je n'écris pas cet article pour parler du haut-potentiel en lui-même, mais d'une de ses caractéristiques : l'hypersensibilité.

    Bien sûr, un enfant non hp peut très bien être hypersensible ! Mais je pense que très peu d'enfant hp échappe à cette particularité.

     

    En tout cas mes deux enfants le sont. Et le mot "hyper" n'est vraiment pas utilisé à la légère !!

    L'hypersensibilité ne se manifeste pas chez tout le monde de la même façon, cela varie en fonction de la personnalité aussi.

     

    Alors bien sûr, l'hypersensibilité a des avantages. Des traits de caractères que je suis très contente de retrouver chez mes deux enfants.

    Le plus important et très présent chez Emy et Léo est l'empathie. Cette facilité naturelle à ressentir ce que ressentent les autres... Bien sûr parfois ils "prennent" la tristesse des autres, mais dans un but de consoler, d'aider, d'atténuer la peine...

    Mais ils ressentent aussi les émotions positives des autres et c'est génial ! Voir un de ses enfants sauter de joie parce que son frère ou sa soeur a eu quelque chose de désiré, c'est trop beau à voir !

     

    Par contre, il y a énormément d'inconvénients à l'hypersensibilité. Et ça, je ne sais pas pourquoi beaucoup de gens ne veulent pas le voir... On va parler de caprices, de comédies, d'enfants rois... Pourquoi ne pas accepter que c'est un trop plein d'émotions difficile à gérer ?

     

    Je parle ici que de mon expérience avec mes enfants. Je n'ai pas de chiffres, je n'ai pas lu d'études etc..., mais je vais juste vous raconter quelques exemples vécus, pour vous montrer que ce n'est pas simple pour les enfants.

    Vous allez peut-être rire de certaines anecdotes ou vous dire "n'importe quoi...", penser que c'est exagéré et qu'on ne devrait pas y prêter attention.

    Mais pour nous, dans les exemples qui vont suivre, nous y avons vu du chagrin, de la tristesse, des angoisses... et nous ne les avons donc pas pris à la légère. Nous avons essayé de les accompagner pour gérer ces émotions, les accueillir et les accepter. Et puis cela finissait par s'apaiser et par aller mieux...

    Ce qui est sûr, c'est que nous avons banni la phrase "ce n'est pas grave" de notre vocabulaire. Parce qu'effectivement en réalité, ce n'était pas grave ! Mais pour eux à ce moment-là, ça l'était. Et leur dire que non ça ne l'est pas, c'est leur dire que l'émotion qu'ils ressentent est fausse alors ? qu'ils mentent ? qu'ils en rajoutent ?

     

    Quelques exemples :

     

    En février, nous avons eu une journée de neige. Beaucoup de neige ! Les enfants en rêvaient depuis l'hiver passé où nous n'avions pas pu y aller. On enfile les combinaisons, on fait des batailles de boules de neiges, on fait un bon gros bonhomme de neige, on l'habille et Emy lui donne un nom : "Pitouf-Minou". Une super journée !!

    Oui mais voilà... Pitouf-Minou... Emy l'a nommé, a pris des photos avec lui, a "joué" avec lui, bref, elle s'y est attaché. Et quand le lendemain le soleil a fait son travail et que le bonhomme de neige a fondu, eh bien Emy en a été bouleversée ! Elle a pleuré parce qu'elle l'aimait et qu'elle ne le verrait plus jamais.

    La journée on réussissait à vite lui changer les idées et ça allait. Mais le soir au moment de se coucher, elle repensait à son Pitouf-Minou et elle était submergée de chagrin. Elle me disait elle-même qu'elle savait que c'était de la neige et qu'il allait fondre, mais qu'elle ne savait pas qu'elle allait l'aimer. Et du coup maintenant c'est comme s'il était mort. Tout cela avec la voix tremblante et des larmes de chagrin.

    Alors oui, ce n'était qu'un bonhomme de neige. Et les mots "ce n'est pas grave" ont failli m'échapper ! Mais quand j'ai vu dans quel état elle était, je ne pouvais clairement pas les utiliser parce que pour elle c'était vraiment grave, c'était perdre quelqu'un qu'elle aimait.

    Mais comment on le gère ça ? c'est difficile je vous assure ! J'ai fait preuve de toute l'empathie dont j'étais capable, je l'ai écoutée, on a discuté, puis elle a fini par s'apaiser et par s'endormir. Mais cela a pris du temps !

    Sauf que le lendemain soir, rebelotte ! et le surlendemain ! Et au final, cela a duré un mois ! La peine diminuait au fur et à mesure du temps qui passait, mais elle est quand même restée présente un mois... Pour un bonhomme de neige !

    C'est ça l'hypersensibilité. 

    L'hypersensibilité chez les enfants

    En octobre dernier, Léo a vu un gros cousin sur le mur de la maison. Il nous l'a montré apeuré ! Et nous, réflexe, on l'a écrasé... Cela me fait bizarre d'écrire ça maintenant, car depuis nous n'en écrasons plus ! 

    Donc on pensait que c'était bon, qu’on avait fait disparaître la petite bête qui lui faisait peur. Sauf qu'en fait, il s'est mis à pleurer et à pleurer !! Il était en colère contre nous car nous l'avions tué, que c'était un être vivant et qu'on n’avait pas besoin de l'écraser. Il était triste car il nous disait que si ça se trouve il avait une famille qui allait être triste aussi. Que peut-être il avait des enfants qui ne verraient plus leur papa ou leur maman, ou bien un papa et une maman qui ne verraient plus leur enfant...

    Bref, gros chagrin. Là encore on pourrait avoir envie de lui dire "c'est bon, c'est qu'un moustique !". Mais non, ce n'était pas "qu'un moustique" pour lui, mais un être vivant qui méritait de vivre comme tout être vivant. Et en plus, il a raison ! Donc nous avons écouté sa peine, nous l'avons compris. Nous nous sommes excusés pour notre acte et lui avons promis de toujours faire ce que l'on pourrait pour les faire sortir de la maison sans les tuer.

    C'est aussi ça l'hypersensibilité. 

    L'hypersensibilité chez les enfants

    En septembre ou octobre de l'année dernière, alors qu'Emy était encore scolarisée, un groupe de filles de sa classe n’était vraiment pas sympa avec elle. Un jour elles ont fait le sale coup de trop en lui faisant croire qu'elle était leur copine en l'invitant à une fête secrète sous le toboggan de l'école. Elles lui ont dit de ne pas en parler à la maîtresse ni à ses parents et qu'une fois qu'il ferait nuit, qu'il fallait qu'elle sorte de sa maison et qu'elle marche jusqu'à l'école pour participer à cette fameuse fête secrète.

    Heureusement, elle m'en a parlé. Elle était tellement contente et excitée par cette fête… Moi bien sûr j'étais en colère et choquée du comportement de ces filles d'à peine 7 ans ! Je l'ai donc hélas fait redescendre sur terre en lui expliquant que bien sûr c'était faux etc etc... Eh bien elle ne me croyait pas car elle pensait qu'on ne pouvait pas être méchante à ce point alors qu'en plus elle n'avait rien fait ni rien demandé. Je l'ai emmené à l'école à l'heure de la fête fictive et elle a pu se rendre compte par elle-même qu'il n'y avait personne.

    Elle est entrée dans une colère noire ! Puis dans une tristesse profonde. Et finalement jusqu'à ce qu'elle s'endorme, elle a alterné ces deux émotions. Elle a utilisé le mot "Pourquoi ?" je ne sais combien de fois. Elle avait besoin de comprendre. Elle me demandait ce qu'elle avait fait pour qu'elles lui fassent ça, pourquoi elles l'embêtaient et étaient méchantes avec elle tous les jours... Prendre chaque réflexion, chaque acte méchant, chaque reproche à coeur. Le ruminer pendant des heures, se remettre en question même quand on n’a rien fait... C'est aussi ça l'hypersensibilité. 

    L'hypersensibilité chez les enfants

    Léo n'est pas un enfant violent. Il s'en va souvent énervé et frustré d'une situation avec d'autres enfants pour ne pas en arriver à la violence.

    Une fois (une seule), il a tapé un autre enfant. Bien que sachant qu'il avait été poussé à bout, son papa et moi n'acceptons pas la violence. Quand nous avons voulu aller lui parler, il s'est enfui dans une autre pièce puis dans le jardin. On pourrait croire que c'était par peur de se faire gronder, mais le connaissant, nous savions que non.

    Quand j'ai enfin pu lui parler, j'ai compris qu'il s'était enfui par honte ! honte de n'avoir pas pu se contrôler. Il m'a raconté ce qu’il s'était passé, je l'ai écouté et entendu mais bien sûr sans cautionner le geste. Mais en me parlant, il était dans une colère immense, je l'avais rarement vu comme ça ! Je pensais qu'il était en colère contre l'autre petit garçon qui l'avait poussé à bout, mais non ! Il m'a dit qu'il était en colère contre lui-même parce qu'il aurait dû réussir à ne pas le taper...

    Mes émotions à moi étaient un peu mélangées... Triste qu'il ait à vivre intensément chaque situation et en même temps, tellement fière de lui malgré le mauvais geste !

    Face à cette grosse grosse colère qu'il s'infligeait à lui-même, je suis restée un peu impuissante. Je l'ai juste pris dans mes bras le temps que la colère redescende et qu'il puisse aller demander un vrai pardon à l'enfant victime. 

    C'est cela également l'hypersensibilité.

     

    Je vais m'arrêter là dans les exemples car ils sont vraiment propres à mes enfants et que cela ne vous parlera pas forcément à vous. Mais je voulais juste que vous compreniez qu’un enfant hypersensible n'est pas un enfant capricieux mais un enfant qui prend au pied de la lettre une phrase que vous leur direz. C'est un enfant empathique qui va vivre les émotions des autres. C'est un enfant qui a besoin d'être rassuré car il s'angoisse vite.

     

    J'aimerai que les adultes fassent attention à leur façon de parler aux enfants, car une phrase "banale" pour certains peut avoir des conséquences sur un enfant plus sensible... ce ne sont souvent que quelques mots à changer, ou le ton à adoucir.... vous pouvez y arriver !! Et les enfants hypersensibles ainsi que leurs parents vous en seront très reconnaissants yes

    « J'ai pas sommeil !Sélection de livres de noël »
    Pin It

    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mardi 11 Décembre 2018 à 23:06

    Très bon article.

    Bises xoxo

      • Mercredi 12 Décembre 2018 à 19:41

        Merci beaucoup smile

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :