• Cela faisait longtemps que je n’avais pas écrit… plus de deux mois ! Désolée pour cette absence, et merci d’être resté fidèle au blog kiss

    J’ai des périodes, surtout en fin d’année, où j’ai du mal à avancer. Mais je poste toujours des nouvelles sur instagram, alors n’hésitez pas à nous y retrouver sous le pseudo « maman_dit_tout ».

     

    Alors que s’est-il passé ces deux mois ?

    Déjà, comme tout le monde, les fêtes de fin d’année ! Un noël entre nous où les enfants ont été très gâtés et très heureux.

    Puis un nouvel an tous les 4, où nous avons fait comme l’an passé, à savoir apéritif dînatoire en jouant à des jeux de société toute la soirée, suivi de l’ouverture de tous nos petits mots de l’année que nous avions mis en pot (voir ici l’article où je parle de ce pot à bonheurs). Et c’était vraiment bien !

     

     

    Il y a aussi eu l’anniversaire d’Emy, mais je vous en parle en détails dans un article à venir très bientôt.

    Et en janvier, nous avons eu notre second contrôle de l’Education Nationale par rapport à l’Instruction En Famille. Et c’est là le sujet de cet article smile

     

    Contrôle ief

     

    Convocation :

    Tout a commencé début décembre lorsque nous avons reçu les convocations. Deux cette année, vu que Léo a 6 ans et est donc en âge de contrôle.

    Là, on voit que les deux convocations sont le même jour, mais aussi à la même heure. Et que cela se passerait dans un collège !

    Après en avoir discuté avec d’autres mamans ief, on s’est aperçu que tous les enfants étaient convoqués le même jour à la même heure.

    J’ai donc appelé pour avoir plus d’informations. Et lorsque j’ai enfin réussi à avoir quelqu’un pour me renseigner, on m’a donné 2 noms de professeurs. J’ai demandé s’ils seraient que tous les 2 et on m’a dit que oui. Et quand j’ai voulu des renseignements sur l’organisation, ils n’ont pas su me dire comment à 2 enseignants ils pourraient contrôler une dizaine d’élèves…. J’ai quand même demandé deux ou trois fois la confirmation que les entretiens seraient individuels et on m’a bien dit que oui.

    Je me suis quand même mis un peu de pression.

    Mais pas aux enfants, on a même arrêté les apprentissages nouveaux, et n’avons fait que des jeux et des révisions.

    A côté, je me suis beaucoup renseigné sur des groupes facebook pour bien connaître toutes les lois.

    J’ai préparé une feuille de présentation de l’enfant et de nos méthodes d’apprentissage, que j’ai mis dans un porte-vue accompagnée des lois.

     

    Jour J :

    Nous sommes arrivés au collège un tout petit peu en retard, mais vraiment quelques minutes. Nous étions donc les derniers, tout le monde nous attendait….

    Nous sommes arrivés dans une grande salle avec beaucoup de monde.

    L’inspecteur que nous avions vu l’année dernière pour Emy a présenté les gens présents et expliqué comment cela allait se dérouler.

    Et là, quelle bonne surprise de voir le nombre d’inspecteurs !! Ce serait donc bien individuel, ouf !

    Nous passerions par trois familles à chaque fois, à trois coins de classe, donc ce n’était pas dérangeant.

    Nous étions les premiers à passer avec un nouvel inspecteur. J’ai alors demandé à ce que l’on reste toujours tous les 4 ensemble pour chaque entretien. Et on nous a tout de suite dit qu’il n’y avait aucun souci.

    Nous avons donc été passer l’entretien avec l’inspecteur, qui était adorable ! Il nous disait de nous détendre, qu’il n’était pas là pour nous juger, ni pour comparer nos enfants avec les enfants scolarisés etc etc.

    Tout s’est déroulé agréablement et en restant dans les lois !

     

    Léo :

    Après cela, nous avons été au contrôle de Léo. C’était donc son premier contrôle. S’il était scolarisé il serait en cp. Mais à la maison, nous faisons majoritairement du ce1 donc je n’étais pas du tout stressée par rapport à ses compétences.

    Nous avons vu une dame très gentille, très douce. Dès le départ elle a dit à Loulou que s’il ne voulait pas faire un exercice ou répondre à quelque chose, qu’il n’avait qu’à le lui dire, ce n’était pas grave.

    Elle a vu ses cahiers mais ne les a pas vraiment regardés. Elle lui a demandé de lui montrer une page qu’il avait aimé faire.

    Léo a ouvert un cahier au hasard, et est tombé sur ce qu’il avait le moins aimé, les soustractions avec retenue. Il sait les faire mais il n’aime pas. Il n’a donc pas fait la soustraction proposée. Elle lui a demandé d’autres choses et il a tout réussi sans soucis. Elle a donc vu qu’il y avait instruction et qu’il avait un très bon niveau.

    Elle est alors passé au français en lui faisant lire une toute petite phrase, et en lui faisant écrire 5 petits mots. C’est tout, donc c’était assez facile pour lui.

    Et c’était tout ! Nous avons demandé des conseils sur la tenue du crayon et c’était terminé.

     

    Emy :

    Nous sommes alors passé dans la salle d’à côté pour le contrôle d’Emy, qui serait en ce2 si elle était à l’école. Elle a un bon niveau aussi donc là encore, pas stressée pour ça.

    Nous avons eu un enseignant très gentil aussi ! Calme, à l’écoute.

    Pour le français, il a pris un livre qu’il avait emmené. Il lui a fait lire 3 phrases à peine, et a dit que c’était bon, cela lui suffisait.

    Il lui a demandé de décrire la couverture du livre, et les images qu’elle voyait sur toutes les pages (c’était un album assez rapide). Il lui demandait si elle comprenait l’histoire, pourquoi c’était rigolo etc….

    En gros, lecture, description, compréhension et tout cela à l’oral, et dans une ambiance hyper détendue.

     

    Pour les maths, il lui a fait faire trois petits exercices, et a dit qu’elle avait une bonne méthodologie de travail.

    Il a zappé d’autres exercices en lui disant que ce serait trop facile pour elle. C’est quelque chose que j’ai trouvé cool de sa part, pour sa confiance en elle.

    Il lui a fait faire deux autres petits exercices et a dit que c’était suffisant.

    Il a terminé en lui demandant ce qu’elle aimait dans les sciences en général. Elle lui a dit qu’elle aimait les fleurs. Ils ont alors parlé des plantes, de leur croissance etc…

    Et c’était fini !

     

    Bilan :

    Très très très agréablement surprise ! Vraiment !

    Cela n’aurait pas pu mieux se passer en fait. Nous avons vu trois personnes différentes, et chacun d’entre eux a été agréable, tolérant, nous a mis en confiance. Et chacun d’eux a respecté les lois. Je n’ai pas eu à sortir mon porte-vue car tout se passait parfaitement bien ! cool

     

    Nous sommes ressortis contents, soulagés et confiants pour la suite !

    Nous n’avons pas encore eu le rapport, mais s’il était négatif je serai quand même bien étonnée !

     

    Bon, depuis, il y a toutes les nouvelles lois qu’ils veulent nous pondre ! Mais comme à l’heure qu’il est la loi définitive n’est pas encore votée, je n’en parlerais pas ici. Même si déjà, que ces énormités passent l’assemblée nationale, ça me hérisse les poils !

    Ah mince, j’ai dit que je n’en parlais pas ici he alors j’arrête ! tongue

    convocation controle ief

    Pin It

    votre commentaire
  •  

    Nous sommes mercredi, et c’est donc le jour du rendez-vous « Chut les enfants lisent » du blog Devine qui vient bloguer.

    Pour une fois ce n’est pas d'un livre dont je vais vous parler, mais d’une petite sélection.

    Forcément en cette période, pas de grosse surprise, ce sera une sélection de livres de Noël !

     

    Ce ne sont que des livres empruntés à la médiathèque, pour éviter les achats….

    •  Le petit sapin

     C’est l’histoire d’un petit sapin tout juste sorti de terre, dans une belle forêt. Il admirait les grands arbres et rêvaient d’être aussi grand qu’eux. Il ne voulait que grandir grandir grandir, afin d’être coupé et d’être transformé en mât de bateau et voir le monde. Ou d’être choisi pour participer à la plus grande fête de l’année !

    Un hiver, il fût assez grand pour être coupé, et fût choisi par une famille. Après avoir été décoré, avoir participé à noël et à l’ouverture des cadeaux, le petit sapin était heureux.

    Mais voilà, quelques jours après, il fût monté au grenier…. Et quelques mois après il sortit du grenier pour aller dehors pour être coupé, et utilisé pour allumer le feu de la cheminée. Et voilà la fin du sapin….

     

    Alors l’histoire est belle, assez longue, mais tellement triste. J’aime cette histoire car je dis souvent aux enfants que je préfère un sapin artificiel plutôt que d’aller couper un sapin dans la forêt où il devrait rester. Sauf si on avait pu le replanter après, mais ce n’est pas le cas. Donc malgré la tristesse de la fin, j’ai aimé passer ce message. 

    Le petit sapin

     

    • Monsieur Noël

     Alors celui-là c’est mon préféré.

    C’est l’histoire d’un papa et d’une petite fille qui récupérait tous les jouets cassés et jetés sur les trottoirs. Ils les emmenaient dans leur petite cabane dans un arbre, et le papa fabriquaient des nouveaux jouets pour sa fille avec tout le bric à brac qu’ils avaient.

    Mais un jour un immeuble fût construit juste devant la cabane. Le soleil n’arrivait plus jusqu’à eux, et les habitants de l’immeuble n’aimaient pas voir cette vieille cabane et voulaient qu’elle soit démolie.

    Alors avec l’aide de tous leurs amis oiseaux, ils firent voler la cabane jusqu’au pôle nord. Là ils étaient heureux. La petite fille s’amusait beaucoup et le papa fabriquait beaucoup de jouets. Trop pour la petite fille. Le papa proposa de les offrir aux enfants pauvres, mais la petite fille avait peur que les enfants riches soient jaloux. Alors ils firent des ailes aux rennes et chargèrent un traîneau de fortune de tous les cadeaux. Et voilà comment est né le père-noël et la nuit de distribution des cadeaux ! 

    Monsieur noël

     

     

    • Bravo petit père-noël

    J’ai beaucoup aimé ce livre aussi.

    Au village des pères-noël, il y avait un petit père-noël. Trop petit pour livrer les cadeaux comme les grands pères-noël. Alors la nuit de noël, il apportait des cadeaux aux animaux de la forêt.

    Mais une année, les animaux de la ville étaient jaloux et tristes de ne pas avoir de cadeaux. Mais il ne pouvait pas aller à la ville seul, il était trop petit.

    Il fit appel à l’aide de ses amis les animaux de la forêt et tous ensemble, ils ont pu aller livrer des cadeaux aux animaux de la ville.

    Tout le monde était tellement heureux qu’ils se promirent de faire cela tous les ans ! 

    Bravo petit père-noël

     

     

    • Et moi, père-noël ?

    Ce livre est très original car il n’a pas de texte. C’est l’histoire d’un petit garçon qui voit le père noël déposer des cadeaux pour ses frères et sœurs, mais pas pour lui. Alors il sort de son lit, s’accroche à son traineau et se retrouve donc au pôle nord.

    Là il explique au père-noël pourquoi il est là, et le père-noël, désolé de cet oubli, l’emmène dans la fabrique de jouets. Il lui fait choisir ce qu’il veut et le ramène chez lui afin de finir sa nuit.

     

    C’est assez intéressant de laisser les enfants faire les textes et les dialogues ! Enfin nous, cela nous a bien plu !

    Et moi père-noël

     

     

    • Il faut soigner le père-noël

    Bon là, c’est le moins bien de tous… tout petit déjà, donc pour mes enfants déjà grands, c’était vraiment rapide à lire.

    C’est l’histoire du père-noël donc, qui a mal à la tête. La mère-noël lui apporte un cachet pour le soigner.

    Puis il a mal je ne sais plus où, et un renne vient lui emmener de quoi aller mieux. Encore une douleur, soulagée par un lutin.

    Ensuite, le père-noël a mal partout, alors la mère-noël, le renne et le lutin le mette au lit pour une bonne nuit de repos, pour qu’après tout aille mieux… 

    Il faut soigner le père-noël

     

     

    • Lutins des bois

    Très beau livre pop-up !!

    Lutins des bois

     

    L’histoire n’est pas des plus mémorable, mais alors la beauté du livre fait tout ! Un magnifique paysage pop-up à chaque double-page, c’est trop beau ! 

    Lutins des bois

     

     

    • Le pire noël du père-noël

    Ce livre est très rigolo ! Les enfants ont adoré et je dois dire qu’on a bien rigolé !

    Le père-noël n’a plus de carburant dans son traineau. Il en fait un maison, fait le tour du monde en test, mais n’en a pas assez pour rentrer jusqu’à sa maison.

    Il tombe et atterrit dans un peuple de sauvage, et ils veulent lui faire bien des misères.

    Le père-noël est sauvé quand ils se font assommer par les cadeaux qui tombent du ciel….

    Et puis finalement, le père-noël se réveille dans son fauteuil ! Ouf ! tout cela n’était qu’un rêve !! 

    Le pire noël du père-noël

     

    Voilà, 7 livres plus ou moins bien, mais ce sont nos découvertes pour cette année smile

    Et vous, des livres de noël découvert ces derniers temps ?

     

    Pin It

    votre commentaire
  • J'ai entendu des phrases du genre "des surdoués ?! Super ils auront un super boulot plus tard !", ou "En ce moment c'est la mode de dire que les enfants sont haut-potentiel..." ou encore "des petits hp !" tout en les regardant en attendant quelque chose de fabuleux de leur part...

     

    Nos enfants sont en effet diagnostiqués haut-potentiel. C'est une chance pour eux, mais cela peut souvent être aussi une difficulté. Pourquoi les gens ne veulent pas voir et accepter cela ?

    Être haut-potentiel ne leur assure pas des notes incroyables à l'école, ni un boulot génial et très bien payé pour plus tard... Beaucoup d'enfants hp sont en échec scolaire d'ailleurs !

     

    Mais bon, je n'écris pas cet article pour parler du haut-potentiel en lui-même, mais d'une de ses caractéristiques : l'hypersensibilité.

    Bien sûr, un enfant non hp peut très bien être hypersensible ! Mais je pense que très peu d'enfant hp échappe à cette particularité.

     

    En tout cas mes deux enfants le sont. Et le mot "hyper" n'est vraiment pas utilisé à la légère !!

    L'hypersensibilité ne se manifeste pas chez tout le monde de la même façon, cela varie en fonction de la personnalité aussi.

     

    Alors bien sûr, l'hypersensibilité a des avantages. Des traits de caractères que je suis très contente de retrouver chez mes deux enfants.

    Le plus important et très présent chez Emy et Léo est l'empathie. Cette facilité naturelle à ressentir ce que ressentent les autres... Bien sûr parfois ils "prennent" la tristesse des autres, mais dans un but de consoler, d'aider, d'atténuer la peine...

    Mais ils ressentent aussi les émotions positives des autres et c'est génial ! Voir un de ses enfants sauter de joie parce que son frère ou sa soeur a eu quelque chose de désiré, c'est trop beau à voir !

     

    Par contre, il y a énormément d'inconvénients à l'hypersensibilité. Et ça, je ne sais pas pourquoi beaucoup de gens ne veulent pas le voir... On va parler de caprices, de comédies, d'enfants rois... Pourquoi ne pas accepter que c'est un trop plein d'émotions difficile à gérer ?

     

    Je parle ici que de mon expérience avec mes enfants. Je n'ai pas de chiffres, je n'ai pas lu d'études etc..., mais je vais juste vous raconter quelques exemples vécus, pour vous montrer que ce n'est pas simple pour les enfants.

    Vous allez peut-être rire de certaines anecdotes ou vous dire "n'importe quoi...", penser que c'est exagéré et qu'on ne devrait pas y prêter attention.

    Mais pour nous, dans les exemples qui vont suivre, nous y avons vu du chagrin, de la tristesse, des angoisses... et nous ne les avons donc pas pris à la légère. Nous avons essayé de les accompagner pour gérer ces émotions, les accueillir et les accepter. Et puis cela finissait par s'apaiser et par aller mieux...

    Ce qui est sûr, c'est que nous avons banni la phrase "ce n'est pas grave" de notre vocabulaire. Parce qu'effectivement en réalité, ce n'était pas grave ! Mais pour eux à ce moment-là, ça l'était. Et leur dire que non ça ne l'est pas, c'est leur dire que l'émotion qu'ils ressentent est fausse alors ? qu'ils mentent ? qu'ils en rajoutent ?

     

    Quelques exemples :

     

    En février, nous avons eu une journée de neige. Beaucoup de neige ! Les enfants en rêvaient depuis l'hiver passé où nous n'avions pas pu y aller. On enfile les combinaisons, on fait des batailles de boules de neiges, on fait un bon gros bonhomme de neige, on l'habille et Emy lui donne un nom : "Pitouf-Minou". Une super journée !!

    Oui mais voilà... Pitouf-Minou... Emy l'a nommé, a pris des photos avec lui, a "joué" avec lui, bref, elle s'y est attaché. Et quand le lendemain le soleil a fait son travail et que le bonhomme de neige a fondu, eh bien Emy en a été bouleversée ! Elle a pleuré parce qu'elle l'aimait et qu'elle ne le verrait plus jamais.

    La journée on réussissait à vite lui changer les idées et ça allait. Mais le soir au moment de se coucher, elle repensait à son Pitouf-Minou et elle était submergée de chagrin. Elle me disait elle-même qu'elle savait que c'était de la neige et qu'il allait fondre, mais qu'elle ne savait pas qu'elle allait l'aimer. Et du coup maintenant c'est comme s'il était mort. Tout cela avec la voix tremblante et des larmes de chagrin.

    Alors oui, ce n'était qu'un bonhomme de neige. Et les mots "ce n'est pas grave" ont failli m'échapper ! Mais quand j'ai vu dans quel état elle était, je ne pouvais clairement pas les utiliser parce que pour elle c'était vraiment grave, c'était perdre quelqu'un qu'elle aimait.

    Mais comment on le gère ça ? c'est difficile je vous assure ! J'ai fait preuve de toute l'empathie dont j'étais capable, je l'ai écoutée, on a discuté, puis elle a fini par s'apaiser et par s'endormir. Mais cela a pris du temps !

    Sauf que le lendemain soir, rebelotte ! et le surlendemain ! Et au final, cela a duré un mois ! La peine diminuait au fur et à mesure du temps qui passait, mais elle est quand même restée présente un mois... Pour un bonhomme de neige !

    C'est ça l'hypersensibilité. 

    L'hypersensibilité chez les enfants

    En octobre dernier, Léo a vu un gros cousin sur le mur de la maison. Il nous l'a montré apeuré ! Et nous, réflexe, on l'a écrasé... Cela me fait bizarre d'écrire ça maintenant, car depuis nous n'en écrasons plus ! 

    Donc on pensait que c'était bon, qu’on avait fait disparaître la petite bête qui lui faisait peur. Sauf qu'en fait, il s'est mis à pleurer et à pleurer !! Il était en colère contre nous car nous l'avions tué, que c'était un être vivant et qu'on n’avait pas besoin de l'écraser. Il était triste car il nous disait que si ça se trouve il avait une famille qui allait être triste aussi. Que peut-être il avait des enfants qui ne verraient plus leur papa ou leur maman, ou bien un papa et une maman qui ne verraient plus leur enfant...

    Bref, gros chagrin. Là encore on pourrait avoir envie de lui dire "c'est bon, c'est qu'un moustique !". Mais non, ce n'était pas "qu'un moustique" pour lui, mais un être vivant qui méritait de vivre comme tout être vivant. Et en plus, il a raison ! Donc nous avons écouté sa peine, nous l'avons compris. Nous nous sommes excusés pour notre acte et lui avons promis de toujours faire ce que l'on pourrait pour les faire sortir de la maison sans les tuer.

    C'est aussi ça l'hypersensibilité. 

    L'hypersensibilité chez les enfants

    En septembre ou octobre de l'année dernière, alors qu'Emy était encore scolarisée, un groupe de filles de sa classe n’était vraiment pas sympa avec elle. Un jour elles ont fait le sale coup de trop en lui faisant croire qu'elle était leur copine en l'invitant à une fête secrète sous le toboggan de l'école. Elles lui ont dit de ne pas en parler à la maîtresse ni à ses parents et qu'une fois qu'il ferait nuit, qu'il fallait qu'elle sorte de sa maison et qu'elle marche jusqu'à l'école pour participer à cette fameuse fête secrète.

    Heureusement, elle m'en a parlé. Elle était tellement contente et excitée par cette fête… Moi bien sûr j'étais en colère et choquée du comportement de ces filles d'à peine 7 ans ! Je l'ai donc hélas fait redescendre sur terre en lui expliquant que bien sûr c'était faux etc etc... Eh bien elle ne me croyait pas car elle pensait qu'on ne pouvait pas être méchante à ce point alors qu'en plus elle n'avait rien fait ni rien demandé. Je l'ai emmené à l'école à l'heure de la fête fictive et elle a pu se rendre compte par elle-même qu'il n'y avait personne.

    Elle est entrée dans une colère noire ! Puis dans une tristesse profonde. Et finalement jusqu'à ce qu'elle s'endorme, elle a alterné ces deux émotions. Elle a utilisé le mot "Pourquoi ?" je ne sais combien de fois. Elle avait besoin de comprendre. Elle me demandait ce qu'elle avait fait pour qu'elles lui fassent ça, pourquoi elles l'embêtaient et étaient méchantes avec elle tous les jours... Prendre chaque réflexion, chaque acte méchant, chaque reproche à coeur. Le ruminer pendant des heures, se remettre en question même quand on n’a rien fait... C'est aussi ça l'hypersensibilité. 

    L'hypersensibilité chez les enfants

    Léo n'est pas un enfant violent. Il s'en va souvent énervé et frustré d'une situation avec d'autres enfants pour ne pas en arriver à la violence.

    Une fois (une seule), il a tapé un autre enfant. Bien que sachant qu'il avait été poussé à bout, son papa et moi n'acceptons pas la violence. Quand nous avons voulu aller lui parler, il s'est enfui dans une autre pièce puis dans le jardin. On pourrait croire que c'était par peur de se faire gronder, mais le connaissant, nous savions que non.

    Quand j'ai enfin pu lui parler, j'ai compris qu'il s'était enfui par honte ! honte de n'avoir pas pu se contrôler. Il m'a raconté ce qu’il s'était passé, je l'ai écouté et entendu mais bien sûr sans cautionner le geste. Mais en me parlant, il était dans une colère immense, je l'avais rarement vu comme ça ! Je pensais qu'il était en colère contre l'autre petit garçon qui l'avait poussé à bout, mais non ! Il m'a dit qu'il était en colère contre lui-même parce qu'il aurait dû réussir à ne pas le taper...

    Mes émotions à moi étaient un peu mélangées... Triste qu'il ait à vivre intensément chaque situation et en même temps, tellement fière de lui malgré le mauvais geste !

    Face à cette grosse grosse colère qu'il s'infligeait à lui-même, je suis restée un peu impuissante. Je l'ai juste pris dans mes bras le temps que la colère redescende et qu'il puisse aller demander un vrai pardon à l'enfant victime. 

    C'est cela également l'hypersensibilité.

     

    Je vais m'arrêter là dans les exemples car ils sont vraiment propres à mes enfants et que cela ne vous parlera pas forcément à vous. Mais je voulais juste que vous compreniez qu’un enfant hypersensible n'est pas un enfant capricieux mais un enfant qui prend au pied de la lettre une phrase que vous leur direz. C'est un enfant empathique qui va vivre les émotions des autres. C'est un enfant qui a besoin d'être rassuré car il s'angoisse vite.

     

    J'aimerai que les adultes fassent attention à leur façon de parler aux enfants, car une phrase "banale" pour certains peut avoir des conséquences sur un enfant plus sensible... ce ne sont souvent que quelques mots à changer, ou le ton à adoucir.... vous pouvez y arriver !! Et les enfants hypersensibles ainsi que leurs parents vous en seront très reconnaissants yes

    Pin It

    2 commentaires
  • Pour ce nouveau rendez-vous de « Chut les enfants lisent » du blog Devine qui vient bloguer, je voulais vous parler d’un livre que l’on a emprunté à la médiathèque et que j’adore !

     

    C’est le titre qui m’a attiré d’abord, parce que bon, ici, le coucher c’est long long long…. sleep

    Il s’agit donc d'un livre de la collection Petit zen, le bien-être des petits aux éditions Fleurus :

    J’ai pas sommeil ! de la collection Petit zen, le bien-être des petits.

     J'ai pas sommeil !

    En fait le livre contient 4 histoires et 4 rituels pour s’endormir paisiblement.

     

    Les thèmes de l’histoire sont intéressants car transposables à beaucoup de vies de famille. En tout cas chez nous, 2 des histoires nous ont parues très familières !

     

    Je ne vais pas vous raconter les histoires en détails, car elles valent le coup d’être découvertes en les lisant à vos enfants. Mais pour vous donner une idée :

     

    • Dans la première histoire « J’ai encore envie de jouer moi ! », un petit chaton n’a pas envie d’aller au lit car il a encore envie de jouer.

    Sa maman trouve des astuces bienveillantes pour satisfaire son besoin et être tout de même au lit à l’heure venue.

     

    • Ensuite il y a « Non ! non ! et non ! je veux mon livre à moi ! ». Ici, une petite souris veut son livre préféré pour l’histoire du soir, mais il est introuvable.

    Là encore, maman souris gère la situation avec calme et écoute.

     

    • La troisième histoire, « le train du sommeil de Lucien » parle d’un petit loup qui se relève plein de fois….

    Papa et maman loup ne s’énervent pas et règlent la situation avec douceur et patience !

     

    • Enfin, la dernière histoire « maman, papa, j’ai peur dans la nuit », parle d’un petit lapin qui a peur une fois couché.

    Les parents lapins font preuve d’imagination, de patience et d’écoute pour aider leur petit lapin.

     

    Comme vous l’aurez compris, ces histoires sont toutes bienveillantes ! Elles parlent de situations qui arrivent dans pas mal de familles, et nous aident à les gérer avec douceur. Pas de veo, pas de parents blasés, pas de phrases blessantes…. J’adore !! 

    J'ai pas sommeil !

    En plus à la fin de chaque histoire ils proposent un rituel et un encadré « le coin des parents ».

     

    • Dans les rituels il y a de la respiration, du chant, des discussions ou des massages.

    J'ai pas sommeil !

    • Et dans les encadrés « le coin des parents » pleins de bons conseils en toute bienveillance ! Là encore, je ne vais pas tout vous dévoiler, mais juste vous mettre des morceaux de phrases pour vous donner envie d’aller lire la suite :

    « pour être bien ensemble, éteignez la télévision et votre téléphone… » ; « n’oubliez pas que votre enfant à besoin de se sentir bien avant d’aller au lit… » ; « prenez le temps de le calmer plutôt que de le forcer à se coucher malheureux… » ; « écoutez-le, rassurez-le…. » ; « accueillez ses émotions…. » ; « …. Sans qu’il se sente jugé, mais compris…. ». 

    J'ai pas sommeil !

    Si vous cherchez un livre positif, alors foncez !

    Moi j’ai vu derrière qu’il y en avait deux autres dans la collection, et je vais me mettre à la recherche de ceux-ci. Il y en a un en particulier que je veux absolument dans ma bibliothèque !! Il s’appelle « Martin le lapin a trop de choses dans la tête. ». C’est tellement ça pour Emy, que j’ai très très envie de le lire ! Je vais regarder pour lui offrir pour son anniversaire je pense ! ^^

    Pin It

    votre commentaire
  • Konnichiwa !!

     

    Pour ce nouveau rendez-vous de « chut les enfants lisent » du blog Devine qui vient bloguer, j’ai choisi de vous présenter un livre qui nous a beaucoup plu ! Il s’agit de :

    Miyako de Tokyo

    Miyako de Tokyo

     

    Ce livre des éditions Abc melody est très joli. Les illustrations sont belles, on s’envole vraiment vers le Japon !

    En plus nous qui y sommes déjà allés, nous avons pu y retrouver des choses déjà vues ou déjà mangées etc…

     

    Chaque double page traite un aspect du pays, vu et raconté par Miyako, une petite fille de huit ans.

     

    Au fil des pages vous pourrez voir, lire et apprendre sur :

     

    Tokyo,

    Les quartiers traditionnels,

    quartier de tokyo

    La famille et la maison,

    La nourriture,

    nourriture japonaise

    Les fêtes traditionnelles,

    Les arts comme la calligraphie,

    calligraphie japonaise

    Les sports comme le kendo et les sumos,

    L’école etc….

    ecole au japon

     

    En bonus à la fin, vous avez même quelques phrases liées au livre, écrites en japonais (d’ailleurs il faut que je demande à mon frère parce qu’il y a deux phrases qui me semblent bizarres…. Christophe si tu passes par-là, les phrases 2 et 3 sont correctes ?).

    phrases en japonais

    Et il y a aussi quelques mots clés sur une autre page. 

    japonais français

    Donc si comme moi, vous avez des enfants qui aiment le Japon et sa culture, je vous conseille fortement ce livre.

    J’aime beaucoup aussi car cela amène des conversations intéressantes avec les enfants sur les différences de vie, de culture, de traditions etc…. Et comme la petite fille a 8 ans comme Emy, ils s’identifient encore mieux. Bref, on adore !

     

    J’ai vu au dos qu’il y avait d’autres titres dans cette collection. Je vais voir à la médiathèque s’ils y sont car ils doivent être aussi très sympas ! 

    C'est la collection « Viens voir ma ville » et donc il y a aussi : Marie de Paris, Félix de Berlin, Paolo de Rome, Navani de Delhi, Eva de Stockholm, Ping Ping de Pékin, Diégo de Madrid. cool

     

    Arigato de m'avoir lu et Sayonara !!

    Pin It

    5 commentaires